Jeudi 28 juin, je ne pouvais plus marcher sans ressentir la douleur à mon pied gauche. Oh, pas une douleur affreuse et intolérable qui vous fait gémir et ramper. Non, non, rien d'aussi grave, mais plutôt une douleur qui dirait, à chaque fois que le pied touche le sol : "Tu bousilles ton pied !". Et comme la plupart du temps je fais plusieurs pas d'affilée, ça donne : "Tu bousilles ton pied ! Tu bousilles ton pied ! Tubousillestonpied ! Tubousillespied!TubousillespiedTubousillespied!".
Bref, ça commençait à légèrement me taper sur les nerfs et à me faire culpabiliser.
Quelque soit le mal, il fallait éviter de poser ce foutu pied.
En attendant de trouver quel était ce mal étrange, je me suis alors décidé à ne plus marcher qu'avec le talon et l'extérieur du pied gauche (car c'est en marchant à l'intérieur que ça me fait mal).

Selon moi, c'était ni plus ni moins une microfracture du métatarse, c'est à dire une redoutable (et redoutée) fracture de fatigue d'un os du pied. Voyons en image où tout ça se trouve :

pied_squelette

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce type de fracture ne survient pas suite à un choc, mais à cause de facteurs plus subtils :
- chaussures mal adaptées (OK, mes chaussures sont de très mauvaise qualité. Il aurait fallu que je paye 10 fois plus pour avoir de vraies chaussures de running...)
- plus fréquent chez les jeunes adultes comme chez les sujets agés (bon, ça ratisse large, et je suis dedans...)
- contraintes excessives sur os et/ou cartilage sain, sans antécédents de traumatisme (j'ai, enfin j'avais, un pied tout à fait sain, aucun traumatisme antérieur, et les contraintes sont ce qu'elles sont : je suis un mad runner...)

Je sais pas, je me dis que ça me ressemble assez, tout ça. Surtout quand on ajoute que le symptôme le plus évident est que l'on ressent des douleurs susceptibles de faire boiter, ce qui est exactement mon cas.
Alors je penche donc pour le moment pour cette blessure là : une microfracture du premier métatarse.

Ha ! je viens de louer des béquilles...